Les couches gravettiennes de la Grotte della Cala, sur la côte tyrrhénienne de l’Italie du Sud, et de la Grotte Paglicci, sur le versant adriatique, ont fourni des restes fauniques qui témoignent de deux réalités différentes. Dans la Grotte della Cala, la chasse a été orientée essentiellement vers le cerf, dont les restes atteignent 90% du total. Les autres ongulés, avec une prédominance du sanglier et du chevreuil, ont été récupérés en quantités nettement inférieures. Par contre, dans la Grotte Paglicci, les ongulés de milieux ouverts ou mixtes comme le cheval, le bouquetin ou l’aurochs sont abondants, et au cours des différentes phases culturelles leur variabilité quantitative est élevée. Les restes de ces deux sites appartiennent à des espèces d’ongulés probablement chassées en rapport étroit avec la possibilité de les rencontrer. La fréquence des différents taxa exprime donc l’étendue de leur habitat et les changements climatiques qui ont influé sur eux. Dans ces deux dépôts, au cours des mêmes phases chronologiques, des environnements et des conditions climatiques très différents ont constitué une diversité de substrats fauniques qui a probablement influencé les aspects culturels et technologiques des populations gravettiennes respectives.

Boscato, P. (2007). Faunes gravettiennes à grands mammifères de l'Italie du Sud: Grotta della Cala (Salerno) et Grotta Paglicci (Foggia). PALÉO, 19, 109-114.

Faunes gravettiennes à grands mammifères de l'Italie du Sud: Grotta della Cala (Salerno) et Grotta Paglicci (Foggia)

BOSCATO, PAOLO
2007

Abstract

Les couches gravettiennes de la Grotte della Cala, sur la côte tyrrhénienne de l’Italie du Sud, et de la Grotte Paglicci, sur le versant adriatique, ont fourni des restes fauniques qui témoignent de deux réalités différentes. Dans la Grotte della Cala, la chasse a été orientée essentiellement vers le cerf, dont les restes atteignent 90% du total. Les autres ongulés, avec une prédominance du sanglier et du chevreuil, ont été récupérés en quantités nettement inférieures. Par contre, dans la Grotte Paglicci, les ongulés de milieux ouverts ou mixtes comme le cheval, le bouquetin ou l’aurochs sont abondants, et au cours des différentes phases culturelles leur variabilité quantitative est élevée. Les restes de ces deux sites appartiennent à des espèces d’ongulés probablement chassées en rapport étroit avec la possibilité de les rencontrer. La fréquence des différents taxa exprime donc l’étendue de leur habitat et les changements climatiques qui ont influé sur eux. Dans ces deux dépôts, au cours des mêmes phases chronologiques, des environnements et des conditions climatiques très différents ont constitué une diversité de substrats fauniques qui a probablement influencé les aspects culturels et technologiques des populations gravettiennes respectives.
File in questo prodotto:
File Dimensione Formato  
86351_UPLOAD.pdf

non disponibili

Tipologia: Post-print
Licenza: NON PUBBLICO - Accesso privato/ristretto
Dimensione 700.34 kB
Formato Adobe PDF
700.34 kB Adobe PDF   Visualizza/Apri   Richiedi una copia

I documenti in IRIS sono protetti da copyright e tutti i diritti sono riservati, salvo diversa indicazione.

Utilizza questo identificativo per citare o creare un link a questo documento: http://hdl.handle.net/11365/23868
 Attenzione

Attenzione! I dati visualizzati non sono stati sottoposti a validazione da parte dell'ateneo